mots d'amour

Les mots d’amour

Partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  

Dans nos relations, nous exprimons notre tendresse, bienveillance et gentillesse avec des mots d’amour, mais parfois, nous n’osons pas. Car, c’est trop tôt. Car, c’est trop tard. Car, il y a un poids qui vient avec un “Je t’aime”, un “Tu me manques” ou encore un “J’ai envie de toi”. Tout simplement c’est “trop”, car nous donnons un poids à ces mots là. Ils viennent chargés, comme un nuage de pluie. Alors, on se retient. Alors, nous n’osons plus. Nous n’osons pas. Pourtant, tout est là. Les sensations dans notre coeur, dans notre corps. Tout pétille de l’intérieur! Nos émotions sont comme des vagues de marée haute…. Notre enthousiasme et tendresse se lit sur nos lèvres et nos yeux…

Nous vivons bridés de nous exprimer, pour rentrer dans une case. Pour satisfaire un besoin de sécurité chez l’autre: ne pas être celui ou celle qui dit les choses trop vite.

Les mots d’amour

On m’a souvent dit, “Tu as un coeur d’artichaut” et, comme certains d’entres-vous je suis sûr, j’ai tendance à aimer ma partenaire, à tomber amoureux rapidement. Puis à vouloir exprimer ce que je ressens. De libérer cet amour qui circule de mon coeur à mes mots par la parole, de mon coeur à mon corps par le désir, de mon coeur à mon âme par les yeux… Je sais que toi aussi tu as envie de ça quand tu es amoureux(se).

Comme toi, j’ai été maladroit avec les mots d’amour. Bien sûr, ils ont été dits trop tôt, parfois trop tard. Évidemment que j’ai souffert de ne pas les dire, ou de les exprimer.

Mais ce n’était pas le vrai problème… J’avais mal compris ce qu’est vraiment un mot d’amour. 

On m’avait dit qu’un mot d’amour ça portrait tout un message. Que ça impliquait de vouloir recevoir en retour de notre partage, ou encore que ça projetait vers un certain avenir ensemble. 

C’est comme si dans notre société, les mots d’amour sont un poids. Ils sont des “liants”, une sorte de super-glu d’amour. Comme si les mots d’amours sont là pour qu’on s’appartienne. Pour se mettre en cage et pour se contrôler. 

Une petite histoire de couple

Peu après la séparation avec mon ex-épouse, je parlais avec un sage. Un ancien prêtre et moine bouddhiste, il a passé la plus grande partie de sa vie à accompagner les personnes dans le mariage et le divorce. Et s’il y a une chose qui l’a marqué durant ces décennies, c’est qu’une fois marié, les personnes ont ce sentiment que l’autre leur appartient. C’est majoritairement très inconscient comme processus, mais ça se ressent dans les actes, et dans les faits. Ça se voit dans la manière d’être à deux. Ça s’entend dans les mots.

Cassons nos chaînes

Avec les mots d’amour qui emprisonnent, ou encore comme dans cette histoire avec le mariage, au final ce que nous recherchons c’est créer une sécurité. Une sorte de permanence dans l’impermanence du coeur et de la vie. On veut une stabilité, une relation vraie et qui dure. C’est tout à notre honneur, mais c’est faire faux chemin que d’essayer de s’approprier l’autre. 

Pour notre bien-être superficiel, pour vivre dans une illusion, on donne donc du poids à des mots légers comme l’air. Nous les transformons en menottes, alors qu’ils sont les clés. Pour accentuer ce poids, cette emprise, nous les renforçons avec des “Je t’aime pour la vie”, “J’ai tellement envie de toi”; “Tu me manques, j’en peux plus”. Nous faisons ça pour pousser l’autre à ressentir ce qui manque en nous et à nous le donner.

En d’autres mots, nous sommes les créateurs de notre prison émotionnelle d’amour. Notre geôlier et le prisonnier en même temps. 

Tout ça, car nous avons peur.
Tout ça, car nous n’osons pas nous aimer nous-mêmes.
Tout ça pour une illusion, pour un confort de pacotille.

J’aimerais vous proposer une alternative. Qu’ensemble, on définisse d’autres règles. Que nous décidions aujourd’hui de créer plus de liberté et de légèreté dans nos relations. Que grâce à cette nouvelle manière de penser, nous ayons ce sentiment qu’il est possible d’être nous-mêmes, d’exprimer nos sentiments librement et sans poids, sans pression.

Voyons ensemble ce qu’un “Je t’aime”, un “Tu me manques” ou un “J’ai envie de toi” pourraient bien vouloir dire dans cette alternative que je propose.

“Je t’aime” 

Nous avons souvent peur de dire “Je t’aime”. On pense qu’il y a un bon moment… Qu’il faut attendre un certain temps… Mais parfois, c’est juste là. On a le coeur qui explose d’amour pour cet(te) inconnu(e) que nous venons à peine de rencontrer. 

Et si “Je t’aime” était simplement un mot d’amour léger. Sans attente d’un retour. Sans vouloir dire qu’on veut vivre à deux ou nous voulons créer un couple. Je t’aime, c’est un peu comme une caresse, c’est tendre et doux. Ça fait du bien de le dire, et de le recevoir.

Je t’aime ne veut pas dire que nous allons nous marier. Ça ne veut pas dire que nous voulons créer un foyer. 
Je t’aime, ça n’implique pas que l’autre doit nous aimer en retour ou qu’un “Je t’aime” doit être dit en retour.
Je t’aime est juste une expression d’un sentiment, d’une émotion. C’est l’expression d’une vague et une vague, ça passe. Une autre vague reviendra peut-être, qui sait!

Libérons-le je t’aime de ces chaînes et de ces engagements. Ayons l’audace de le dire simplement, avec légèreté et sans attente.

Je vous recommande la vidéo de SolangeTeParle pour ce mot d’amour qu’est je t’aime. Elle a fait un super travail pour aider à libérer le je t’aime de son poids.

“Tu me manques” 

Ici aussi, un “tu me manques” peut venir avec une lourdeur. Il peut créer un sentiment de “j’ai besoin de toi dans ma vie” et c’est une pression que de recevoir ça. On comprend parfois que “c’est dur de vivre sans toi” ou que “quand tu n’es pas là, je me sens mal”. Petit à petit, nous allons créer un couple ou la distance physique et l’éloignement sont associés à la douleur, au manque, mais au manque qui fait mal.

Le manque n’est pas nécessairement de la douleur. Le manque peut-être aussi un moment pour contempler ce que nous aimons chez l’autre. Son odeur que nous cherchons à renifler… Un sourire qu’on aimerait toucher du doigt, puis des lèvres. Nous cherchons du regard ses yeux dans lesquels nous aimerions nous perdre.

Et c’est tout. On peut-être bien dans notre peau et notre coeur. Ressentir de l’amour, et dire “Tu me manques”, sans que ça implique notre détresse de l’autre.

Il y a donc aussi une légèreté avec un “Tu me manques”. Lui aussi à le pouvoir d’être une clé libératrice pour celui ou celle qui le dit, et si le receveur le décrypte de la même manière, alors il n’y a aucun pression, tension ou sentiment qu’une attente est créée. 

Pour que ce soit fluide avec votre chéri(e), partagez l’article avec eux. Comme ça ils vont pouvoir comprendre ce que vous voulez dire!

“J’ai envie de toi”

Ici, on touche à l’attraction, le désir, l’envie et la sexualité… De tous les mots d’amour, l’expression de l’attraction est parfois un sujet délicat. Car, quand nous recevons ces mots, on pense qu’il y a une attente envers nous. Un besoin sexuel à combler. Et donc une réponse précise à avoir.

En matière de sexe, nous avons vite tendance à penser que c’est à nous de soulager notre partenaire. Qu’il est de notre responsabilité pour être un(e) bon(ne) amoureux(se) de donner cet orgasme quand il y a un signe d’envie.

Pourtant, ici encore, on peut se libérer de tout ça. Nous avons le droit d’exprimer notre désir et nos envies, et notre partenaire a le droit de ne rien en faire. Nous et notre partenaire, lorsque l’un expresse le désir, nous avons le droit de choisir ce qui nous va à ce moment-là. Peut-être que nous en aurons envie plus tard, peut-être pas. Tout est okay, tout est acceptable. Nous sommes libres!

Pour la sexualité et le désir, cette fluidité est essentielle pour le couple. Je vous invite à ne pas créer un couple où il y a cette pression sexuelle et cette attente que l’autre fasse le nécessaire.

Libérez-vous de ces chaînes, et en même temps, osez exprimer vos envies, votre désir et votre attraction. 

Il faudra apprendre à être à l’aise avec le “rejet”, mais c’est le risque de vivre à coeur ouvert et avec une communication ouverte. La récompense elle, est infinie… Surtout si vous co-créez cette qualité de relation que nous cherchons à créer ici sur Graine de Coeur. 

Les mots de la fin sur les mots d’amour

Lorsque nous disons des mots d’amour, il est important de ne pas avoir d’attente en retour. C’est une expression de ce qui est en nous, et ça n’implique que nous. Parfois, notre partenaire partagera notre expérience, et nous aurons un retour. D’autres fois, non, et c’est okay.

Si vous êtes mal à l’aise à l’idée de dire “Je t’aime” sans avoir un “Moi aussi” en retour. Rappelez-vous les fois où c’était à vous de dire le “Moi aussi”, mais que vous n’en aviez pas l’envie… N’est-ce pas libérateur d’être dans un couple où c’est okay de ne pas le dire en retour? Tout en sachant que c’est okay entre vous, que tout va bien chez votre partenaire et dans votre couple. 

Un point important pour que tout ça soit possible est l’importance de cultiver son indépendance émotionnelle. Car, sans un certain degré d’indépendance, nos mots d’amour vont avoir de la lourdeur. Ce qui est bien normal, quand nous avons un manque en nous et que nous le poussons sur l’autre… En cultivant notre indépendance, on peut se libérer nos mots d’amour. Co-créer une relation plus ouverte et légère, tout en se mettant proche, aimé et compris.

Que vos mots d’amour soient libres et légers! Je vous aime 🙂

Rejoignez notre communauté sur Facebook, Twitter ou Instagram!

Image de Bellezza87 et StockSnap de Pixabay.com

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *