Libérer son partenaire pour de bon !

Partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  

Voici un sujet très important pour l’article du Mercredi: libérer son partenaire. Mais cela de manière complète, et pour de bon.

Le temps de garder votre partenaire prisonnier est révolu… Il est temps de lui rendre sa liberté.

Imaginez votre partenaire comme un oiseau en cage… N’est-ce pas triste et cruel de le/la garder ainsi? Alors que cette personne qui partage votre vie est née pour être libre, et pour vivre heureuse, épanouie et dans la jouissance…

Bien que ma description soit suggestive, on ne parle probablement pas de sexualité ici… Alors de quoi parle-t-on ?

Bien que la libération sexuelle soit importante (et ça ne veut pas nécessairement dire aller voir ailleurs!), c’est un autre sujet pour un autre jour ! Il y a une libération qui est à la fois PRIMORDIALE et ESSENTIELLE de donner à son partenaire, et l’on va de ce pas aller l’explorer ensemble.

Cette libération doit donc être complète et totale, ou en d’autres mots: une libération du passé, du présent, mais aussi du futur.


Je m’explique.

Libérer l’autre du passé

Toute relation à une histoire, et une histoire veut souvent dire qu’il y a eu des hauts, et des bas. Des bonheurs et des malheurs.

Libérer son partenaire du passé veut dire le libérer de ses erreurs, et des douleurs qu’il/elle a causées.

Le libérer, c’est pardonner pour les douleurs, pour les erreurs, pour les faux-pas et pour les disputes du passé. Ce pardonne doit être intégral, il n’est pas question de choisir ce qu’on pardonne ou ce qu’on ne pardonne pas. Ce n’est pas facile, mais si vous voulez aller de l’avant, il faut délester le passé.

Le pardon n’est pas pour l’autre, le pardon est pour vous-mêmes. Pardonner est une action égoïste, car c’est pour notre propre bien être. Si l’on pardonne, on peut passer à autre chose. On peut retourner dans le moment présent, et refaire de la place pour le bonheur, la joie et l’amour.

Libérer son partenaire

Si l’on ne libère pas notre partenaire avec le pardon, alors on rumine les peines et les douleurs passées, et à la première occasion, on les remet sur la table. On se venge en causant de la douleur en retour. On est défensif, parfois même agressif pour des petites choses qui semblent être si petites… Mais au fond, on est rempli d’amertume qu’on la déverse à moult occasions.

Dans les couples où l’on ne se libère pas l’un l’autre,  l’amertume, et les disputes font partie du quotidien. Si vous êtes dans une dynamique de couple comme ça, alors je vous invite à explorer cette notion de pardon et de libération de l’autre !


En libérant notre partenaire du passé, on libère le couple, on se donne un cadeau d’une valeur immense et l’on donne une chance au retour de la paix dans le couple.

Libérer l’autre du présent

La libération du présent prend un angle différent par rapport au passé! Ici, on parle de la liberté de laisser notre partenaire faire ce qui est important ou ce qu’il/elle veut dans le moment présent.

Si l’on demande un câlin, ou qu’on demande de l’aide pour le travail et que la réponse est non. Alors il faut accepter la réponse et libérer notre partenaire s’il/elle a quelque chose de plus important à faire, n’a pas envie d’un câlin et/ou est déjà occupé avec quelque chose d’autre.

Si votre partenaire n’a jamais de temps pour vous, c’est un autre problème et l’on en parlera sûrement dans un article futur! Ici, on parle d’offrir la liberté de dire oui, non ou peut-être, sans que l’autre ait peur d’une crise en réponse à sa réponse.

Ici, on parle d’accepter que l’autre ait des divertissements, amis, ou passions et surtout de l’aimer pour ça.
Ici, on parle de respecter l’autre, et de faire confiance qu’il/elle reviendra vers nous d’ici très peu de temps, même si à ce moment-là, il/elle a autre chose à faire.

Libérer son partenaire

Libérer l’autre du présent veut dire que parfois il faudra que l’on reste avec nous-mêmes. Que l’on reste avec notre inconfort émotionnel du moment ou les pensées du moment. On va peut-être devoir se réconforter nous-mêmes, ou faire une action pour notre bien-être pour qu’on se sente mieux (un bain, une sieste, écouter notre musique favorite, etc.).

On peut éventuellement compter sur un collègue, un ami, ou la famille si l’on a besoin d’aide ou d’une oreille attentive.

C’est si très dur pour nous, et que la première réponse de notre partenaire est qu’il/elle est occupé(e), on peut aussi prendre un moment pour être vulnérable et expliquer ce qu’il se passe pour nous. On peut partager les émotions qu’on ressent à l’intérieur, et les pensées qui nous tourmentent. Lorsqu’on est vulnérable, il se peut que la réponse change… Cependant, il ne faut pas l’exiger non plus. Et cela est notre transition parfaite vers…

Libérer l’autre du futur

Quand on fait une demande à notre partenaire, il faut le/la libérer de nos attentes. Si vous posez la question pour obtenir un oui à coup sûr, alors c’est de la manipulation, et non une demande. Quand on demande pour de vrai, il faut accepter un oui ou un non.

On a tendance à avoir des tonnes d’attentes envers notre partenaire, et ce que je suggère ici est d’apprendre à lâcher-prise des attentes. Car les attentes mènent à la déception…

Notre partenaire ne PEUT PAS savoir ce qu’il se passe dans notre tête. Bien que le romantisme des films Hollywoodiens voudrait que ce soit l’Amour ultime que de pratiquer la télépathie, la réalité elle est bien différente.

Je suggère donc deux règles pour libérer l’autre du futur, et surtout pour avoir un couple plus heureux:

  1. Si l’on a une attente importante, alors elle doit être communiquée verbalement et explicitement
  2. Transformons nos attentes pour de la gratitude !

Pour revenir à la première règle, le souci est principalement qu’on ne communique pas nos attentes, et que notre partenaire n’est pas télépathe. Lorsqu’on a des attentes, soit il faut qu’on utilise la règle numéro deux: lâcher-prise de l’attente, et trouver de la gratitude dans ce que fait notre partenaire (même si ce n’est pas ce qu’on veut, c’est bien le sens du lâcher-prise!). Soit si l’attente est importante pour nous, alors on la communique avec des mots clairs et précis.

Il faut bien se rendre compte que l’on est injuste si l’on ne communique pas nos attentes. Vu que notre partenaire ne peut pas deviner nos attentes, c’est injuste de lui en vouloir s’il/elle n’y répond pas.

Cette partie-là sera sûrement assez dure pour vous, Mesdames, car vous avez tendance à anticiper vos besoins entre copines, et à attendre la même chose de votre homme. Mais sachez que ce n’est pas une habitude qu’on les hommes dans leurs amitiés. Votre homme est probablement mauvais à anticiper vos attentes, et il ne changera probablement pas beaucoup…
Pour nous les hommes, communiquer n’est pas toujours notre force, alors il faudra bien faire des efforts importants pour communiquer nos besoins (donc souvent nos attentes), afin d’être juste et donc de donner une chance à votre dulcinée.

Maintenant qu’on a vu les attentes, il y a une variation qui est importante: les rêves.

Libérer son partenaire

On imagine (on rêve) que notre partenaire pourrait être une meilleur(e) version de lui/elle-même. Une fois qu’on a construit cette image au fil des mois, ou des années, on cherche à l’influencer, et même à le/la pousser dans une certaine direction. Après tout, on veut le bien de l’autre et l’on pense avoir raison… (PS aux parents, la même dynamique est appliquée à vos enfants!)

Cette projection de nos rêves, et cette attente gigantesque que l’autre va changer massivement un jour. C’est donc une source de destruction énorme dans les couples, car les chances que notre partenaire devienne qui l’ont veut qu’il soit sont infimes, et donc un tsunami de déception et une inondation d’amertume nous attend.

Ici aussi, il faut appliquer la règle numéro deux. Lâcher-prise de nos rêves, et apprendre à apprécier notre Amoureux(se) pour qui il/elle est et deviendra.

Conclusion

Dans cet article, on vient de voir ensemble l’importance de libérer son partenaire du passé, présent et futur. On a vu en détail ce que ça veut dire et des pistes sur le “comment faire”: lâcher-prise, les deux règles ou apprendre à être avec soi-même.

Si le “comment faire” vous intéresse, alors laissez-moi un commentaire avec un OUI. Si ça ne vous intéresse pas, laissez un commentaire avec un NON et comme ça, je sais s’il faut que je fasse un article sur le sujet! Mon but avec ce blog est de VOUS aider, et donc savoir ce qui est utile ou non pour vous (vos attentes… :)) est crucial, comme on vient de le voir ensemble dans cet article !

Merci d’avoir pris le temps de lire cet article. Je vous invite à me suivre sur Facebook et Twitter afin de savoir quand le prochain article hebdomadaire sera publié !

Photos par Myriams-Fotos, Free-Photos et sur Pixabay.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *